FR / EN
Agenda
Vous êtes ici : Accueil / Le Carême, Chemin d’Esperance
16/02/2021

Le Carême, Chemin d’Esperance

Sr Shirley Martin de la Délégation de G.B.I.

Jésus fut emmené au désert par l’Esprit afin d’y être tenté Matthieu 4,1

Nous sommes donc des ambassadeurs envoyés par le Christ, et c’est comme si Dieu lui-même vous adressait un appel par nous: laissez-vous réconcilier avec Dieu. 2 Cor 5,20

Le Mercredi des Cendres, nous entrons en Carême, commençant ainsi notre cheminement vers l’Espérance. Le Carême nous prépare pour
Pâques. Cette période de 40 jours a pour but de nous conduire au Mystère pascal, Chemin d’Espérance qui nous fait sortir des ténèbres
pour entrer dans la Lumière du Seigneur ressuscité. La nature même nous accompagne dans ce cheminement puisque pendant ces 40 jours
nous passons de l’obscurité de l’Hiver à la clarté du Printemps. Réfléchis sur ton expérience du Carême au cours des dernières années. Y découvres-tu un cheminement vers l’Espérance te conduisant à la conversion?- «Convertissez-vous et revenez à moi de tout votre cœur» (Joël 2, 12) Pendant le Carême nous sommes appelées à écouter la Parole de Dieu, à nous convertir, à nous réconcilier, à prier, et à jeûner. Plusieurs personnes se posent la question- «Qu’est-ce que je vais faire comme pénitence pendant ce Carême?» Le Pape François nous aide à réfléchir sur un jeûne qui nous conduit à l’amour et à la compassion envers les autres sur le chemin de l’Espérance du Carême

Jeûne des paroles blessantes…et dis des paroles de bonté
Jeûne de la tristesse… et sois rempli de joie.
Jeûne de la colère… et sois rempli de patience.
Jeûne d’anxiété… et sois rempli d’espoir.
Jeûne de l’inquiétude… et mets ta confiance en Dieu.
Jeûne d’égoïsme… et sois compatissant.
Jeûne des rancunes… et sois réconcilié
Jeûne des paroles… et sois silencieux pour pouvoir écouter.
Jeûne de l’agitation… et sois silencieux et priant

Jésus a été amené au désert par l’Esprit pour y être tenté. Mattieu 4, 1

Après son baptême, Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pendant 40 jours pour prier et se préparer à son ministère public et pendant ce temps il fut tenté. Pour nous aussi, le Carême est un temps pour aller au désert sans crainte, car nous n’y sommes pas seuls; nous sommes
accompagnés pas l’Esprit qui va nous guider pendant notre cheminement à travers le Carême. Pourquoi le désert…quel est le sens de ce désert? Pour quelques instants imagine-toi dans un désert. Que ressens-tu au moment où tu abordes le désert?
C’est peut-être le silence, l’absence de paroles ou de bruit que tu perçois et ce silence-même qui crée un espace pour la Parole: la Parole de Dieu qui parle dans ton cœur. C’est dans le silence du désert qu’on trouve une nouvelle intimité avec Dieu et la possibilité de conversion. Jésus se retirait souvent dans des lieux déserts pour y prier et pour écouter le Père. (Luc 5,16). Pendant ce Carême, Jésus t’invite à entrer dans
l’Oratoire de ton Cœur pour des moments de silence, écoutant et priant comme Marie Louise a fait. Le désert est un endroit rempli de vie, parce que notre échange silencieux avec le Seigneur nous redonne la vie «parler au Seigneur face à face, comme on parle à un ami» (Exode 33, 11) Le désert est un endroit de solitude.

Pour certaines personnes, le silence et la solitude du désert sont objet de choix, cependant de nos jours il y a beaucoup de «déserts» près de nous. Ce sont les sans-abris, les gens négligés, les marginalisés, qui vivent une solitude forcée et qui tendent la main pour de l’aide. La pandémie a mis cette solitude en évidence. Notre cheminement dans le désert pendant le Carême est donc un cheminement vers les plus faibles afin de leur donner amour et accompagnement.

La prière, le jeûne, les œuvres de charité et de miséricorde : voilà le chemin du carême au désert

« Nous sommes ambassadeurs du Christ » 2 Cor 5, 20 Nous lisons dans Marc 1, 29-39 que «Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.» Ensuite, Jésus et ses disciples partirent vers les villages avoisinants pour enseigner et guérir. Jésus s’enracine dans la prière et la solitude avant de proclamer la bonne nouvelle. Il doit en être ainsi pour nous pendant notre cheminement du Carême comme dit Saint Paul «Nous sommes ambassadeurs du Christ». Nous aussi avons besoin de la profonde respiration de la prière afin d’exécuter notre mission de tous les jours. Nous sommes appelés à être « ambassadeurs du Christ» par notre façon de vivre et de proclamer la Bonne Nouvelle comme le Christ l’a faite.

Qu’est-ce que Dieu me demande en ce moment? Y a-t-il quelque chose qui me retient? Réfléchis sur ta manière d’être Ambassadeur du Christ pendent ce Carême. Les qualités les plus essentielles d’un ambassadeur sont la présence, la capacité de construire des ponts et des relations entre les peuples et les pays ainsi que cultiver l’espoir et la réconciliation. Alors que la pandémie mondiale apporte la souffrance et la mort à beaucoup, nous pouvons être présents les uns aux autres, en gardant l’espérance dans nos cœurs tout au long de notre cheminement du Carême vers Pâques. En tant qu’ambassadeurs du Christ en ce Carême, «Si je peux aider une seule personne à vivre mieux en l’écoutant raconter ses soucis, en l’aidant matériellement ou spirituellement, en me réjouissant avec ceux qui se réjouissent, en pleurant avec ceux qui pleurent et en marchant bras dessus bras dessous avec ceux qui sont seuls… alors j’entre dans la réalité quotidienne de leur vie et je connais le pouvoir de l’amour et de la tendresse.» EG 270

Croitre en amour…
Voilà le but de notre cheminement pendant le Carême.
Aimer Dieu, aimer notre prochain,
Puisque l’amour n’a pas de frontières.

Source image : Pixabay

Mots clés :

Fonction